lundi 30 janvier 2012

Il y a 25 ans... Serge Gainsbourg s'en est allé

Serge Gainsbourg, provocateur...
« Je suis né sous une bonne étoile jaune », dira Serge Gainsbourg pour évoquer, non sans humour, sa jeunesse : il avait 12 ans en 1940.
Lucien Ginzburg - son vrai nom à l’état-civil - porta l’étoile jaune de 1941 à 1943, jusqu’à ce qu’il rejoigne le Limousin, en zone 
« libre », en janvier 1944. 
Avec ses parents et ses sœurs, sa cadette Jacqueline, et sa jumelle Liliane, ils seront cachées dans une institution religieuse catholique.
Toute la famille a de faux papiers sous le nom de Guimbard, et
« Lulu » sera inscrit dans un collège jésuite à Saint-Léonard-de-Noblat où il devra apprendre le latin.
Pour échapper aux rafles, il lui faudra se cacher dans les bois après une descente de la Gestapo, un soir. Il y passera toute une nuit, la peur au ventre. Il confiera avoir vécu, par la suite, comme un " rescapé " de cette époque.
En 1975, pour son album " Rock Around the Bunker " il composa cette chanson, 
" The Yellow star " :
" J'ai gagné la yellow star,
Et sur cette yellow star,
Inscrit sur fond jaune vif,
Y'a un curieux hieroglyphe
Sur cette yellow star, yellow star,
J'ai gagné la yellow star,
Et sur cette yellow star,
Y'a peut etre marqué sheriff ou marshall ou big chief
Sur cette yellow star, yellow star,
J'ai gagné la yellow star,
Je porte la yellow star,
Difficile pour un juif,
La loi du struggle for life,
Quand il y a la yellow star, yellow star "

> Dans une interview du 3 septembre 1975, Serge Gainsbourg se confie sur son passé : " J'avais une étoile de shérif sur le coeur ". Un document rare, archivé par l'ina.
Durée : 3 mn 46'
> Lire aussi l'article paru en 2008 dans " The Jewish daily Forward "
" L'avenir " est une véritable institution de la vie juive américaine. La première édition quotidienne de ce journal en yiddish remonte au 22 avril 1897.
> Un autre article paru en 2010 dans " TheJC.com", le site internet de " The Jewish Chronicle ", édité à Londres depuis 1841.
> A lire : la chanson "Le Sable et le soldat" (1967).
> La biographie de Gainsbourg sur Wikipédia.

Aucun commentaire: